Spread the love


L’intestin est une partie du tube digestif, qui contribue à la digestion des aliments et au passage des nutriments vers le sang. Cette partie de l’appareil digestif s’étend de la sortie de l’estomac à l’anus. Les douleurs de cet organe peuvent être particulièrement pénibles. Mais encore faut-il les reconnaître et cerner leur cause pour savoir quels réflexes adopter. 

Comment reconnaître une douleur aux intestins ?

On sait qu’un mal de ventre touche l’intestin lorsque les signes suivants sont présents : 

  • Une douleur au niveau du bas-ventre avec une sensation de barre. La douleur peut être soulagée par le passage à la selle. La douleur est plus fréquente au réveil et en début de journée et peut durer quelques heures à quelques jours. 
  • Des ballonnements (météorisme) ; 
  • Une sensation de pesanteur
  • Des crampes ou de spasmes ;
  • Des bruits intestinaux
  • Une production importante de gaz (flatulences ou pets) ; 
  • Des troubles du transit : diarrhées et.ou constipation (parfois une alternance des deux).

Dans la grande majorité des cas, ces signes sont ceux d’un syndrome de l’intestin irritable. 

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable (SII) ?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est la cause la plus fréquente de douleurs abdominales chroniques. En effet, 5 à 10 % de la population française serait concernée. Les femmes après 30 ans seraient davantage concernées. 

Ce syndrome entraîne des troubles de la motricité et de la sensibilité intestinales et un déséquilibre dans la composition du microbiote. Les anomalies de fonctionnement digestif peuvent aller de la gêne légère à modérée jusqu’à altérer profondément la qualité de vie de certains patients.

En plus des signes digestifs, d’autres manifestations sont décrites telles que des maux de tête, des bouffées de chaleur, de la fatigue ou des douleurs musculaires.

Qu’est-ce qui peut provoquer des douleurs aux intestins ?

Les douleurs peuvent provenir de l’intestin grêle ou du colon. 

D’où viennent les maux de l’intestin grêle ?

L’intestin grêle fait suite à l’estomac. Il est prolongé par le gros intestin (ou côlon). Plusieurs affections peuvent expliquer une souffrance de cet organe comme : 

  • Une simple gastro-entérite virale ou une intoxication alimentaire bactérienne ou virale. Dans ce cas les symptômes sont intenses et transitoires ; 
  • La maladie de Crohn, une maladie inflammatoires chronique de l’intestin (MICI) qui correspond à l’inflammation chronique de la paroi du système digestif ; 
  • Des intolérances alimentaires comme l’intolérance au gluten (maladie cœliaque) ou au lactose. La maladie cœliaque est une affection digestive qui touche l’intestin grêle. Si vous êtes atteint(e) de la maladie cœliaque, la consommation de gluten endommage les villosités de l’intestin grêle, des excroissances en forme de doigts, qui captent les nutriments de vos aliments. Ces lésions peuvent provoquer des symptômes digestifs (dont des douleurs) et non digestifs.
  • Un ulcère gastroduodénal qui correspond à une perte localisée de substance de la paroi de l’estomac ou de la partie initiale de l’intestin grêle (duodénum). Il se manifeste par des brûlures et crampes abdominales intenses. 

Attention, si vous souffrez de douleurs brutales et intenses associées à un arrêt du fonctionnement du transit (arrêt d’émission de gaz et de selles), vous devriez vous rendre rapidement au service des urgences. En effet, il pourrait s’agir d’une occlusion intestinale. Les causes les plus fréquentes d’occlusion intestinale chez l’adulte sont la formation de tissu cicatriciel résultant d’une chirurgie abdominale antérieure, les hernies et les tumeurs.

Comment expliquer des douleurs au côlon ?

Le côlon (ou gros intestin) possède le rôle important de faire passer les matières fécales dans le rectum. Une souffrance au gros intestin peut causer des douleurs ainsi que des troubles du transit. Les pathologies en cause peuvent être : 

  • Un syndrome du côlon irritable ;
  • La rectocolique hémorragique est une maladie inflammatoire chronique de la muqueuse intestinale au niveau du rectum, et qui s’étend, fréquemment au niveau du côlon ; 
  • La diverticulose colique lorsque des petites cavités anormales se développent dans la paroi intestinale de personnes constipées. Ces anomalies, en rapport avec une poussée importante pour faire avancer les selles, apparaissent aux endroits où la paroi musculaire intestinale est plus faible. Elles retiennent des bactéries causant de l’inflammation : on parle alors de diverticulites. Ces derniers sont associés à des douleurs et, parfois, à de la fièvre.
  • Une alimentation pauvre en fibres favorise la formation des diverticules ; 
  • Lespolypes du côlon sont de petites excroissances qui se développent aux dépens de la muqueuse intestinale. Ils peuvent être à l’origine de saignements ou évoluer vers un cancer, d’où la nécessité de les enlever lors de la pratique d’une coloscopie.
  • Un cancer du côlon est l’un des cancers les plus fréquents dans les pays industrialisés. Les antécédents familiaux et la présence de polypes sont les principaux facteurs de risques incitant à pratiquer une surveillance régulière par coloscopie.
  •  L’appendicite (ou l’inflammation soudaine de l’appendice) se manifeste surtout au sein d’une jeune population chez qui il s’agit de l’urgence médicale la plus fréquente. 

Qu’est-ce qui provoque la colopathie fonctionnelle (syndrome du côlon irritable) ? 

Dans la grande majorité des cas, des douleurs intestinales chroniques s’expliquent par l’existence d’une colopathie fonctionnelle ou syndrome du côlon irritable. Les origines de cette hypersensibilité du tube digestif demeurent inconnues. Les facteurs déclenchants de poussées douloureuses peuvent être ; 

  • Une gastro-entérite ;
  • Des facteurs émotionnels comme l’anxiété, l’angoisse, le stress ou la survenue d’évènements difficiles ; 
  • Des facteurs alimentaires comme des repas non équilibrés ou trop copieux
  • Le port de vêtements trop serrés. 

Intestins douloureux : qui et quand consulter ?

Il n’est pas toujours facile de savoir s’il est nécessaire de consulter en cas douleurs intestinales. D’une façon générale, il est préférable de prendre rendez-vous chez son médecin traitant si une douleur intestinale persiste depuis plus d’une semaine

En outre, vous devriez consulter votre gastro-entérologue qui vous suit, si vous souffrez d’une maladie  intestinale chronique et que des douleurs intestinales persistent depuis plus d’une semaine.

Enfin, il est recommandé de se rendre directement au service des urgences si des douleurs abdominales intenses apparaissent soudainement notamment si elles sont associées à : 

  • Un arrêt des gaz et des selles
  • La présence de saignements dans les selles ou dans les vomissements
  • Des douleurs dans la poitrine au cou ou aux épaules
  • Une altération de l’état général : fièvre, perte de poids, fatigue… 

Comment soulager des douleurs à l’intestin ?

La prise en charge des douleurs abdominales passe avant tout par le traitement de la cause de celles-ci. Il est donc nécessaire de savoir si ces douleurs sont la conséquence d’une maladie inflammatoire de l’intestin, de diverticulites, d’un syndrome du côlon irritable ou de toute autre affection susceptible de provoquer ce type de symptômes. 

Afin de cerner la cause de ce mal, le médecin procède d’abord à un examen clinique. Des examens complémentaires peuvent ensuite être prescrits afin d’établir un diagnostic précis : analyses de sang et des selles , imageries médicales (échographie, scanner, IRM..), des examens endoscopiques (fibroscopie ou coloscopie). 

Quels médicaments prendre en cas de maux de ventre ?

 Afin de soulager des douleurs intestinale, il est possible de prendre certains médicaments comme :

  • un antispasmodique (de type Spasfon® ou Meteospasmil®) ; 
  • un antalgique non morphinique – comme le Paracétamol®
  • un anti-inflammatoire peut être prescrit : le acétaminophène est généralement préféré à l’ibuprofène ou à l’aspirine. 

Changer ses habitudes pour éviter le mal de ventre

En cas de douleur abdominales chroniques, quelques changements quotidiens dans votre alimentation pourraient vous être bénéfiques. Demandez conseil à un nutritionniste, diététicien ou à votre gastro-entérologue si vous êtes suivi(e) pour une maladie digestive. Un régime alimentaire équilibré peut vous permettre d’améliorer le bon équilibre de votre microbiote intestinale

Si vous souffrez d’un syndrome de l’intestin irritable, votre médecin pourrait vous encourager à réaliser un régime pauvre en Fodmap. Les Fodmap sont des sucres de petite taille fermentescibles c’est-à-dire qui peuvent entrer en fermentation dans l’intestin. Parmi les aliments riches en Fodmap qu’il convient d’éviter dans ce régime, nous retrouvons : les aliments riches en fructose (le miel, les mangues, etc.) , ceux qui contiennent du lactose (produits laitiers), des polyols (l’avocat, les champignons, etc.), les fructanes (le blé et ses dérivés, les oignons, l’ail, etc.) ou encore des galacto-oligosaccharides (les légumineuses, le « lait de soja », etc.).

Le traitement du stress pour soulager les symptômes

Bien souvent le mal de ventre est déclenché par des facteurs émotionnels comme l’anxiété et le stress. Il peut être judicieux de traiter ces derniers afin de venir à bout de ces symptômes. Psychothérapie, médecines douces, phytothérapie, méditation, hypnose, EMDR… il existe un grand nombre de méthodes pour retrouver la sérénité. À vous de trouver celle qui vous convient le mieux. Parfois de petites doses d’anxiolytiques voire des antidépresseurs (en cas de troubles anxieux) peuvent être prescrites par le médecin. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *