Spread the love


Le tennis est un sport populaire qui combine agilité, puissance et stratégie. Comme tous les sports, il peut être à l’origine de blessures, notamment au niveau du poignet. Comme nous l’explique le Dr Vincent Guillard, médecin fédéral de la Fédération Française de Tennis (FFT), les joueurs amateurs sont aussi exposés que les joueurs professionnels, mais les causes des blessures et douleurs au poignet ne sont pas toujours les mêmes !

Tennis : quelles sont les blessures les plus fréquentes au niveau du poignet ?

Les blessures au poignet sont assez courantes chez les joueurs de tennis en raison de la nature répétitive et exigeante de ce sport qui, rappelons-le, consiste à frapper une balle avec sa raquette de manière à ce qu’elle passe par-dessus le filet et qu’elle rebondisse dans le camp adverse sans être renvoyée. Les tendinopathies, autrement dit les lésions aux tendons comptent parmi les blessures les plus fréquentes, mais d’autres atteintes peuvent être à l’origine de douleurs, indique le Dr Guillard.

Et l’expert de poursuivre : « on observe de nombreux cas de kystes synoviaux au niveau du poignet, qui peut être liés à la pratique du tennis ou non ». Pour rappel, un kyste synovial désigne une poche remplie de liquide dit synovial (présent dans les articulations pour les lubrifier) qui se forme généralement près des articulations ou des tendons. Ils forment une petite bosse sous la peau et peuvent être à l’origine d’inconfort ou de douleurs s’ils deviennent suffisamment gros ou s’ils exercent une pression sur les structures environnantes.

Autre pathologie caractéristique au niveau des poignets : le carpe bossu, soit une excroissance osseuse située sur le dos de la main. Cette excroissance peut être congénitale, mais elle peut aussi être liée à l’utilisation de la raquette et à la mobilisation constante du poignet, indique le Dr Guillard. Concrètement, elle prend la forme d’une petite bosse qui s’avère de plus en plus douloureuse étant donné le conflit mécanique qu’elle entraîne avec les extenseurs voisins des doigts.

« Les joueurs professionnels peuvent aussi être en proie à des atteintes de l’extenseur ulnaire du carpe », souligne le médecin.

Qu’en est-il des risques d’entorses ou de fractures ?

Les entorses du poignet et fractures du poignet sont relativement rares au tennis dans la mesure où elles surviennent majoritairement en cas de mauvaise chute sur le court ou de mouvement très violent du poignet. Les joueurs ne sont toutefois pas à l’abri de fractures de fatigue d’un des os du poignet. Quoi qu’il en soit, la douleur est relativement sévère et ne laisse pas de place au doute. Elle s’accompagne généralement d’un gonflement, d’une rougeur, d’une sensibilité au toucher et d’une grande difficulté – voire d’une incapacité à bouger le poignet.

Causes : pourquoi a-t-on parfois mal au poignet quand on joue régulièrement au tennis ?

Les impacts fréquents entre la raquette et la balle, combinés à la force de frappe, augmentent inévitablement le risque de lésions traumatiques et microtraumatiques au niveau du poignet… Dans le détail, les blessures et douleurs peuvent être liées :

  • à des mouvements répétitifs. Le tennis implique en effet des mouvements répétitifs du poignet lors des coups droits, des revers et des services. Ces mouvements peuvent entraîner une surutilisation des tendons et des muscles du poignet, ce qui peut provoquer des douleurs et des inflammations.
  • à une mauvaise technique de jeu. Une technique incorrecte peut en effet exercer une pression excessive sur le poignet : les frappes trop puissantes, un mauvais positionnement du poignet lors de la frappe de la balle ou une prise de raquette inappropriée augmentent les charges et les contraintes au niveau du poignet.
  • à un équipement inapproprié. Utiliser une raquette mal adaptée (par exemple, avec un grip trop large ou trop étroit, ou des cordages trop tendus) peut aussi causer des douleurs au poignet. « L’équipement non-adapté ne permet pas d’amortir correctement les chocs, ce qui peut fatiguer le poignet », relève le Dr Guillard.
  • à un manque de condition physique. Une faiblesse musculaire dans les muscles de l’avant-bras, peut en effet augmenter le risque de blessure : les muscles plus faibles sont plus susceptibles de se fatiguer rapidement.
  • à une sursollicitation. Jouer au tennis trop souvent sans laisser suffisamment de temps de récupération à ses muscles et à ses tendons peut conduire à des blessures par surutilisation, telles que les tendinopathies du poignet.
  • à des blessures antérieures. Des blessures antérieures au poignet augmentent malheureusement le risque de nouvelles blessures en raison d’une faiblesse résiduelle ou d’une récupération incomplète.

Les douleurs au poignet doivent-elles inquiéter ? Quand consulter ?

Comme indiqué ci-dessus, les entorses et fractures du poignet sont généralement assez douloureuses pour alerter les joueurs et joueuses qui vont rapidement consulter. Mais d’autres atteintes sont plus difficiles à cerner et on est parfois tenté de continuer à jouer en pensant que la douleur s’atténuera d’elle-même… Pour éviter cela, demandez l’avis d’un professionnel de santé si :

  • Vous perdez de la force ou avez du mal à mobiliser votre poignet.
  • La douleur est intense ou persistante au niveau du poignet et vous gêne au quotidien.
  • Vous observez l’apparition d’ecchymoses, d’un gonflement important, voire d’une déformation visible.

Comment prévenir les blessures et les douleurs au poignet sur un court de tennis ?

« Une bonne technique, un matériel adapté et un échauffement complet sont indispensables pour limiter les risques », insiste le Dr Guillard.

  • Échauffez-vous systématiquement avant de jouer et étirez-vous après pour maintenir une bonne flexibilité et réduire les tensions musculaires / articulaires.
  • N’hésitez pas à faire des exercices de renforcement pour muscler vos avant-bras et vos poignets afin d’améliorer leur stabilité et leur résistance. Cela peut inclure des exercices avec des poids légers, des bandes de résistance ou simplement des exercices de flexion et d’extension du poignet.
  • Travaillez votre technique avec un coach pour éviter les faux-mouvements ou ceux qui sollicitent excessivement les poignets.
  • Ne négligez pas votre matériel : choisissez une raquette adaptée à votre niveau et à votre morphologie. Une raquette trop lourde ou avec une taille de manche inappropriée peut augmenter le stress sur les poignets… Privilégiez aussi un cordage confortable et utilisez des balles en bon état.
  • Évitez de jouer trop longtemps sans pause et variez vos mouvements sur le court pour éviter la surutilisation des muscles du poignet. Alternez les coups puissants avec des coups plus doux pour permettre à vos muscles de récupérer.
  • Accordez à votre corps le temps nécessaire pour récupérer entre les sessions de jeu. Si vous ressentez une douleur naissante au niveau du poignet, n’hésitez pas à prendre une pause !

Traitement : comment prendre en charge les blessures et les douleurs au poignet chez les joueurs de tennis ?

La prise en charge des blessures et des douleurs au poignet dépend évidemment de la nature et de la gravité de chaque situation… Dans les grandes lignes, appliquez le protocole GREC (Glace, Repos, Élévation et Compression) :

  • Arrêtez immédiatement l’entraînement pour éviter d’aggraver la blessure.
  • Appliquez de la glace sur la zone touchée pendant 15-20 minutes pour réduire l’inflammation et la douleur.
  • Utilisez une bande élastique ou une attelle pour comprimer le poignet et minimiser le gonflement.
  • Gardez le poignet élevé au-dessus du niveau du cœur pour aider à réduire le gonflement.

Prenez ensuite rapidement rendez-vous avec un médecin pour obtenir un diagnostic précis : celui-ci peut prendre un peu de temps et inclure des radiographies ou des IRM pour exclure des fractures ou des déchirures ligamentaires. Selon les cas, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent vous être prescrits pour gérer la douleur et l’inflammation. Une orthèse peut aussi être nécessaire, notamment en cas d’entorse ou de carpe bossu. Un drainage peut être nécessaire en cas de kyste synovial. Et en dernier recours, dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale peut même être envisagée (carpe bossu, kyste synovial, fracture). « Quoi qu’il en soit, des séances de kinésithérapie seront nécessaires pour restaurer la force et la mobilité du poignet », prévient le Dr Guillard.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *