Spread the love


Les athlètes se préparent… à la pollution de la Seine. À côté de leur préparation physique et mentale à leurs épreuves, les athlètes britanniques du triathlon devront également suivre un protocole strict et très inhabituel. En cause : la qualité de l’eau de la Seine. Mike Cavendish, le directeur de la performance des triathlètes britanniques, a en effet révélé au média anglais The Guardian qu’il mettait en place des règles que les sportifs allaient devoir respecter pour limiter tout risque sanitaire lié à cette pollution.

Des antibiotiques et du désinfectant hospitalier

Les athlètes vont, afin d’éviter des troubles intestinaux liés à des bactéries ou virus présents dans la Seine, renforcer leur système digestif grâce à des probiotiques, naturels – certains aliments comme le yaourt ou le kéfir en contiennent – mais aussi en comprimés. « L’utilisation de probiotiques est une chose importante et il s’agit simplement de permettre à vos intestins d’être vraiment efficaces pour lutter contre toute pollution qui entre », a précisé Mike Cavendish. Il a révélé que des athlètes d’autres pays prévoyaient également de prendre des comprimés de probiotiques.

Ensuite, après chaque session d’entraînement, les sportifs ne pourront pas toucher de boisson ou d’aliment avant d’avoir été « désinfectés de la tête aux pieds », d’après Mike Cavendish. « L’une des principales façons de tomber malade ne vient pas nécessairement de ce que vous buvez ou avalez lorsque vous êtes dans l’eau. C’est quand vous sortez et que vous touchez votre bouche et vos yeux avec vos mains », a-t-il précisé. Les combinaisons des athlètes seront elles aussi « immédiatement » désinfectées avec un produit utilisé dans les « salles d’opération » des hôpitaux.

Quoi qu’il arrive, nous serons prêts. Mike Cavendish.

La qualité de l’eau de la Seine jugée « alarmante »

Ces révélations font suite à celles de l’ONG Surfrider Foundation, qui a récemment jugé « alarmant » l’état des eaux de la Seine à un peu plus de 100 jours de la cérémonie d’ouverture (source 2). L’organisation, qui effectue des prélèvements réguliers dans la Seine depuis septembre 2023, a détecté presque à chaque fois des bactéries, comme E. Coli ou des entérocoques, à des niveaux qui dépassent les seuils fixés par la Fédération internationale de natation. Tony Estanguet, le président de Paris 2024, a d’ailleurs récemment reconnu que la qualité de l’eau de la Seine était un de ses « plus grands défis », rappelle The Guardian. Souvenons-nous qu’en août 2023, la partie natation de l’épreuve test du triathlon avait justement été annulée à cause de la pollution de la Seine.

Face à ces inquiétudes, la préfecture de la région Île-de-France a assuré que la Seine serait prête pour les épreuves de triathlon cet été. Mike Cavendish est malgré tout confiant : « D’après ce que je comprends, à moins que nous obtenions des niveaux de pluie assez importants pendant une période de temps assez importante, l’étape de natation se passera bien », a-t-il indiqué au média anglais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *