Spread the love


La mort de Beethoven intéresse toujours autant la science. Une nouvelle fois, des chercheurs ont analysé des mèches de cheveux du célèbre compositeur de musique. Tout au long de sa vie, Beethoven a souffert de plusieurs problèmes de santé et a été atteint de surdité dans sa jeunesse. Il avait 56 ans quand il est décédé d’une hépatite.

« Nous décrivons ici, pour la première fois, des concentrations élevées de plomb dans 2 mèches de cheveux indépendantes et authentifiées de Beethoven, les mèches Bermann (0,0413 g collecté entre fin 1820 et mars 1827) et les mèches Halm-Thayer (0,0284 g collecté en avril 1826) », rapportent les auteurs de l’étude dans la revue Clinical Chemistry. Et de compléter : « Bien que l’analyse ait révélé plusieurs facteurs de risque génétiques importants de maladie du foie et des preuves d’une infection par le virus de l’hépatite B qui pourraient avoir contribué à sa mort, elle n’a pas permis de faire la lumière sur les causes définitives de sa surdité et de ses problèmes gastro-intestinaux ».

Comme l’expliquent les auteurs, afin de minimiser la contamination externe par le plomb provenant de l’environnement ou des colorants, les mèches de cheveux ont d’abord été lavées avec un détergent, séchées puis pesées.

« Une pièce importante d’un puzzle complexe »

Résultats ? Ces différents tests ont permis de confirmer la présence de plomb dans les deux mèches de cheveux analysées du compositeur. « Nos résultats confirment la présence de concentrations élevées de plomb dans les cheveux dans le Bermann Lock (méthode 1, 258 µg/g ; méthode 2, 254 µg/g) et dans le Halm-Thayer Lock (méthode 1, 380 µg/g ; méthode 2, 369 µg/g), environ 64 et 95 fois supérieures à la limite supérieure de l’intervalle de référence (<4 µg/g), respectivement », résume l’étude. Et de compléter : « Il convient de noter que nous avons également observé une augmentation des niveaux d’arsenic et de mercure dans les deux mèches de cheveux d’environ 13 et 4 fois par rapport aux intervalles de référence (<1 µg/g), respectivement ».

Toutefois, ces résultats ne confirment pas l’idée selon laquelle l’exposition au plomb a causé la mort de Beethoven mais ils mettent en avant de quelle manière « elle pourrait avoir contribué aux maladies qui l’ont tourmenté pendant la majeure partie de sa vie. Nous pensons qu’il s’agit d’une pièce importante d’un puzzle complexe qui permettra aux historiens, aux médecins et aux scientifiques de mieux comprendre l’histoire médicale du grand compositeur ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *