Spread the love


Un nouveau vaccin contre la coqueluche a montré une plus forte efficacité lors d’un essai clinique de phase 2 que celui administré actuellement. Administré par voie nasale, il pourrait ainsi protéger les muqueuses nasales d’une contamination.

La coqueluche est une maladie respiratoire hautement infectieuse causée par la bactérie Bordetella pertussis. Loin d’être bénigne, cette pathologie reste l’une des premières causes de décès par infection bactérienne chez le nourrisson de moins de trois mois. En France, le dernier pic épidémique remonte à 2017, et depuis le nombre de cas n’a fait que diminuer chez les nourrissons de moins de 12 mois : 35 cas ont été recensés en 2020 et 4 en 2021 selon les données de Santé Publique France. Dans la population générale, les chiffres sont eux aussi très faibles, avec 11 cas en 2020 et seulement un en 2021.

Pour limiter le risque de formes graves, la vaccination contre la coqueluche est obligatoire chez le nourrisson dès l’âge de deux mois et recommandée dans l’entourage proche du nourrisson lorsque la mère n’a pas été vaccinée pendant la grossesse ou moins d’un mois avant l’accouchement. Plusieurs rappels sont nécessaires dans l’enfance et à l’âge adulte. Depuis avril 2022, la HAS recommande de vacciner les femmes enceintes dès leur deuxième trimestre de grossesse, soit entre 20 et 36 semaines d’aménorrhée.

Néanmoins, le vaccin dCaT, utilisé depuis les années 1990 et seulement composé de certaines protéines de la bactérie ne serait pas totalement efficace. S’il protège contre l’apparition des symptômes, il n’empêche pas la transmission bactérienne entre individus et l’infection qui en résulte alors. Son immunité diminue également avec le temps : c’est pourquoi les épidémies de coqueluche continuent de proliférer dans le monde, malgré des taux élevés de vaccination.

Pour tenter de les enrayer, un nouveau vaccin appelé BPZE1 – dont l’efficacité et la sûreté on été évalués lors d’un essai de phase 2 sur 300 Américains en bonne santé – est en cours de développement. Sa spécificité ? Ce vaccin dit “vivant atténué” (c’est-à-dire qu’il est composé d’une version atténuée de la bactérie, modifiée pour supprimer sa toxicité) s’administre par voie nasale minimisant ainsi les modes de colonisation au niveau des muqueuses respiratoires. Il reproduit ainsi la voie naturelle d’infection et améliorerait par conséquent la durée d’efficacité du vaccin.

90% des vaccinés avec BPZE1 ne présentaient aucune colonie bactérienne

Les participants ont été répartis en deux groupes : le premier a reçu une dose du nouveau vaccin BPZE1 par voie nasale et un placebo par voie intramusculaire et le deuxième, une injection du dCaT et un placebo par voie nasale. Trois mois plus tard, la moitié des participants de chaque groupe a reçu une dose de BPZE1 et l’autre le placebo intranasal.

Qu’ont constaté les chercheurs ? Alors que le dCaT n’induisait pas de marqueurs immunitaires contre Bordetella pertussis, le nouveau vaccin entraînait, lui, une immunité consistante au niveau de la muqueuse nasale, en addition de l’immunité sanguine. Dans les 28 jours suivant la seconde administration de BPZE1, 90% de ceux qui l’avaient aussi reçu en première injection n’ont présenté aucune colonie bactérienne au niveau nasal (et la colonisation restait faible chez les 10% restants). À l’inverse, 70% des patients vaccinés avec dCaT présentaient une colonisation bactérienne nasale élevée.

Le profil bénéfice/risque du vaccin BPZE1 est favorable : une seule administration nasale permet d’induire sans danger et avec une bonne tolérance, une immunité forte et durable, tant au niveau sanguin qu’au niveau des voies respiratoires“, a indiqué le Pr Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, ajoutant que “contrairement au vaccin dCaT, BPEZ1 protège les muqueuses d’une colonisation par la bactérie.”

Chez les enfants, l’innocuité est toujours en cours d’évaluation. Un vaccin plus efficace pourrait néanmoins s’avérer nécessaire, l’école étant chez les enfants en âge d’y aller, un lieu critique de la transmission de la maladie.

Source :

Leave a Reply

Your email address will not be published.