Spread the love


Ces brûlures et ces démangeaisons intimes, vous les connaissez bien. Elles annoncent le début d’une mycose vaginale. Si vous êtes sûre de votre diagnostic, vous pouvez désormais aller directement dans une pharmacie pour demander un traitement antimycosique.

Certes, dans l’idéal, il vaut mieux voir un médecin pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une mycose (les irritations intimes peuvent avoir de multiples origines) et vérifier par un prélèvement qu’il n’existe pas d’infection associée. Idem si cela ne s’améliore pas ou que c’est la deuxième fois en moins d’un mois : il est nécessaire de consulter.

Mais en week-end loin de chez soi, il n’est pas toujours possible de voir un médecin rapidement. Fort heureusement, des ovules médicamenteux, des capsules vaginales , des comprimés gynécologiques antifongiques et des crèmes adaptées sont vendus en pharmacie, sans ordonnance.

Comment savoir si c’est une mycose ?

Si ça gratte, ça pique, ça brûle au niveau de la vulve et de l’entrée du vagin, il s’agit sans doute d’une mycose. Dans certains cas, elle s’accompagne de pertes blanches à l’aspect de « lait caillé », mais pas toujours. Les mycoses apparaissent souvent juste avant ou après les règles, en raison de la modification du pH (taux d’acidité) du vagin, des protège-slips, serviettes et tampons que l’on a tendance à garder trop longtemps (pas plus de cinq heures).

Est-il possible de prévenir les mycoses ?

Pour les éviter, toujours faire une toilette douce en « surface », une ou deux fois par jour, d’avant en arrière. Pas de douche vaginale ou de lingettes, pas de gel douche ni de savon pour bébé. Mais juste de l’eau avec un savon ou un gel spécial « toilette intime ». Les gels antibactériens comme Gyn Hydralin ou Septivon sont réservés aux périodes d’infection.

Les lactobacilles (présents dans le vagin) contribuent à maintenir son équilibre. En cas de mycoses à répétition ou de traitement antibiotique, on peut prendre ces probiotiques en prévention : par voie orale (Bion Flore Intime, Lactibiane Candisis, Orogyn… ) ; sous forme de capsule vaginale (Gynophilus, BactiGyn, MycoRess… ) ou de tampon périodique (Florgynal Tampon). Des ovules à base d’acide hyaluronique (Cicatridine) permettent d’adoucir les muqueuses irritées.

>> Quid des rapports sexuels ? En cas de mycose, ils sont souvent douloureux et peuvent aggraver l’irritation, ce qui n’incite pas vraiment à la bagatelle ! Mieux vaut donc se traiter le plus tôt possible pour retrouver le confort. Lorsqu’on met des ovules, il est conseillé d’éviter les relations sexuelles pour garantir l’efficacité du produit. D’autant que certains sont assez gras et rendent les rapports peu agréables.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *