Spread the love

Ce n’est pas un scoop, nous sommes rarement satisfait(e)s de notre apparence… Hommes et femmes sont nombreux(ses) à vouloir perdre de la graisse au niveau du ventre, des poignées d’amour, des bras, des hanches, des cuisses, voire du visage. En ce qui concerne la poitrine, on a souvent l’impression que les femmes cherchent à augmenter son volume. Mais en réalité, elles sont nombreuses à ne plus supporter leur trop forte poitrine – et ce pour des raisons esthétiques, pratiques ou médicales. Comment alors, réduire le poids de ses seins et perdre en volume naturellement ? On fait le point.

Pourquoi j’ai de gros seins ?

Le développement de la poitrine varie d’une personne à l’autre. Pour rappel, les seins sont majoritairement constitués de cellules graisseuses. Mais la prise de poids et le stockage des graisses peuvent être influencés par plusieurs facteurs, notamment :

  • le sexe (les hommes ont généralement une poitrine moins développée que les femmes) ;
  • la génétique (certaines personnes stockent davantage de graisse au niveau du ventre, des cuisses, des bras, etc.) ;
  • le métabolisme de base et les éventuelles variations de poids (une prise de poids entraîne souvent une augmentation du volume des seins) ;
  • les fluctuations hormonales (grossesse, prise de pilule contraceptive, ménopause, etc.) ;
  • etc.

Autrement dit, certaines personnes peuvent avoir une plus grosse poitrine en raison de facteurs génétiques ou hormonaux, tandis que d’autres, pour les mêmes raisons, peuvent avoir une poitrine plus petite.

Pourquoi vouloir perdre des seins ?

Le fait d’avoir un volume de seins trop important porte un nom : l’hypertrophie mammaire. Chez les hommes, on parle plutôt de gynécomastie. Au quotidien, cela peut avoir de nombreuses répercussions : difficultés à trouver des sous-vêtements ou des vêtements adaptés, gêne à la pratique du sport, douleurs au niveau de la nuque, des épaules ou du dos, problèmes de confiance en soi, etc. Sans compter que les femmes à forte poitrine font souvent face à des remarques sexistes et déplacées… Autant de raisons qui poussent ces femmes à vouloir réduire le volume de leur poitrine !

Rappel qui a son importance : il n’existe aucun standard, aucune norme, qui permet de définir si une poitrine est “assez grosse” ou non. L’essentiel est de se sentir bien dans sa peau ! 

Peut-on perdre spécifiquement du volume au niveau de la poitrine ?

La perte de poids est un processus complexe qui repose sur la notion d’équilibre énergétique, soit le rapport entre les calories que nous consommons par le biais de notre alimentation et les calories que nous dépensons par le biais de nos activités physiques et du fonctionnement de notre organisme. « Lorsque nous dépensons plus de calories que nous n’en consommons, notre corps commence à puiser dans ses réserves de graisse pour compenser le déficit calorique, entraînant ainsi une perte de poids globale, explique Pauline Bruel, diététicienne. »

Au risque de vous décevoir, donc, la perte de poids ciblée n’existe pas ! « C’est une idée très répandue, mais peu réaliste d’un point de vue physiologique », souligne le Dr Barrault, médecin du sport. Autrement dit, il est impossible de maigrir uniquement au niveau de la poitrine (tout comme il est impossible de maigrir spécifiquement des bras, des genoux ou encore des mollets). En réalité, lorsque nous perdons du poids, notre corps a tendance à « maigrir de partout » – et potentiellement un peu des seins. Il est donc possible d’adapter votre alimentation et votre degré d’activité physique pour perdre du poids et espérer réduire la circonférence de vos seins. Pour cela, faites appel à des expert(e)s certifié(e)s qui sauront établir un plan d’action adapté.

Peut-on « maigrir » des seins grâce à certains aliments ?

« Aucun aliment en lui-même ne permet de prendre ou de perdre du poids », répond Pauline Bruel. Et de poursuivre : « Pour perdre du poids, il faut à tout prix éviter les régimes restrictifs déséquilibrés, qui peuvent être à l’origine de carences, de frustrations, d’effet yo-yo et de troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie mentale“. Par ailleurs, la perte de poids doit être progressive, car une perte de poids trop rapide peut avoir de lourdes conséquences sur notre organisme.

L’idéal pour perdre du poids sur le long terme ? Ré-équilibrer son alimentation avec l’aide d’un(e) nutritionniste. Pour cela, vous devrez modifier vos habitudes alimentaires : réduire légèrement les portions si nécessaire, réduire votre consommation de sucre et de graisses, veiller à ne manquer d’aucun nutriment essentiel, etc. Pourquoi pas, tenter la chrononutrition pour réduire votre tour de poitrine, comme nous vous le suggérions dans cet article. Parallèlement, ne sautez aucun repas, prenez le temps de bien mastiquer et n’oubliez pas de boire au minimum 1,5 L d’eau par jour pour favoriser l’élimination des graisses. Et la diététicienne de conclure :

Pour perdre du poids, il ne faut pas nécessairement manger moins, mais il faut manger mieux. L’alimentation doit rester une source de plaisir !

Quel sport fait perdre naturellement de la poitrine ?

Nous ne vous apprendrons rien : l’activité physique régulière (au moins deux fois par semaine) est essentielle pour provoquer un déficit calorique et induire une perte de poids globale. Le sport permet en effet d’augmenter sa masse musculaire – et donc de brûler davantage de calories à l’effort et au repos.

L’idéal pour déstocker ? Miser sur des sports d’endurance et / ou de cardio qui sollicitent le haut du corps (la natation et le yoga sont très adaptés pour les femmes à la poitrine volumineuse, contrairement au tennis, par exemple). Pour tenter de cibler au mieux la poitrine, vous pouvez aussi miser sur le renforcement musculaire en privilégiant des exercices qui mobilisent les pectoraux, comme : les pompes, la planche, le développé couché, etc. N’oubliez pas qu’il faut un minimum de 20 minutes d’exercice pour commencer à brûler la graisse stockée et qu’il est essentiel de bien s’étirer à la fin d’une séance pour favoriser la récupération musculaire ! Et quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à diversifier vos pratiques : l’important est de choisir un sport qui vous plaît pour vous entraîner sur la durée, sans vous démotiver !

Par ailleurs, pensez à booster votre métabolisme de base en augmentant vos dépenses énergétiques au quotidien : préférez les escaliers aux ascenseurs, descendez quelques arrêts de bus ou de métro avant votre station habituelle, privilégiez les trajets à vélo ou à pied, etc. Pour rappel, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande d’effectuer au moins 10 000 pas par jour pour se maintenir en forme, préserver sa santé et maîtriser son poids.

En vidéo : « Un exercice pour tonifier sa poitrine »

Un exercice pour tonifier sa poitrine

Changement de contraceptif, massages, sous-vêtements « spécial maintien »…

Les contraceptifs hormonaux agissent, comme leur nom l’indique, sur notre système hormonal. Ils sont donc susceptibles d’influencer la taille de notre poitrine. Si cela vous pèse, consultez votre médecin prescripteur pour changer de moyen de contraception et ainsi espérer une diminution de vos seins.

Quid des différents massages conseillés pour maigrir des seins ? En réalité, cette technique permet d’améliorer la circulation lymphatique et la circulation sanguine. Elle consiste à masser chacun de ses seins en cercles pendant une dizaine de minutes, au moins deux fois par jour. Côté efficacité, cette technique ne fait pas disparaître la graisse en tant que telle : elle permet de remodeler les seins en facilitant l’évacuation de l’eau et des toxines. Ce qui n’est pas suffisant pour remédier au problème.

Lorsque l’on a une poitrine généreuse, le choix des sous-vêtements est primordial. Pour limiter l’inconfort et la gêne, on peut miser sur des soutiens-gorge adaptés à sa silhouette, qui assurent un bon maintien, permettent d’être à l’aise dans ses vêtements, et limitent les douleurs à la nuque, aux épaules et dans le dos. Il existe également des soutiens-gorge « minimiseurs », qui peuvent réduire la poitrine jusqu’à une taille de bonnet. Là encore, il s’agit d’une solution souvent insuffisante pour les femmes gênées par leur forte poitrine.

La chirurgie esthétique est parfois la seule alternative viable…

Lorsqu’aucune de solutions précédemment citées ne suffit à soulager les femmes concernées, ces dernières n’ont plus d’autre choix que d’envisager une intervention chirurgicale : la réduction mammaire. Comme son nom l’indique, elle consiste à prélever directement les tissus mammaires des patientes pour réduire la taille de leur poitrine. Elle ne présente pas de contre-indications majeures et peut être envisagée à tout âge, à condition d’avoir bien pesé le pour et le contre avec l’aide de spécialistes. Son coût est généralement compris entre 1 500 et 2 500 euros. Par ailleurs, la Sécurité Sociale ne rembourse pas la réduction mammaire, sauf si l’intervention nécessite de retirer plus de 300 g par sein. Dans le cas contraire, l’opération de la réduction mammaire sera considérée comme esthétique et ne sera donc pas prise en charge par l’Assurance Maladie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *