Spread the love


J’ai peur de l’avenir pour notre couple et m’interroge à propos de ce qui pourrait changer au fil des années chez une femme, question sexualité“, s’inquiète une lectrice de Top Santé. La Dre Catherine Solano, médecin sexologue et andrologue à l’hôpital Cochin à Paris, lui répond.

Beaucoup de choses peuvent influencer la sexualité d’une femme“, commence la Dre Catherine Solano, médecin sexologue et andrologue à l’hôpital Cochin à Paris.

En premier lieu, la contraception peut avoir a un impact sur la sexualité de la femme, tout au long de sa vie. “Les contraceptions hormonales peuvent provoquer une baisse de libido chez 40 à 60 % des femmes“, détaille la Dre Solano. Aussi, quand on arrive à la quarantaine, on évolue souvent vers une contraception non hormonale de type stérilet au cuivre, ligature des trompes ou ligature des déférents chez le partenaire. “Je vois des femmes pour qui c’est une révélation : leur libido renaît et se trouve alors bien plus élevée que sous contraception hormonale“.

Comment la ménopause change la vie sexuelle

L’arrivée de la ménopause, autour de 50 ans, peut être un beau moment pour la sexualité, car à partir de ce moment, il n’y a plus aucune charge mentale contraceptive reposant souvent entièrement sur la femme. De ce fait, bien des femmes se sentent libérées, n’ont plus peur d’une grossesse surprise et leur sexualité peut s’épanouir plus facilement. Pour d’autres, la ménopause n’est pas facile et leur libido peut s’en trouver affectée. Bien sûr, des traitements hormonaux existent…

Dans les cinq ans suivant le début de la ménopause, une sécheresse vaginale et vulvaire peut apparaître. Elle est susceptible d’entraîner des douleurs, des irritations, des petits troubles urinaires et peut atteindre le désir : forcément, si la relation sexuelle fait mal, on n’a pas envie de recommencer. Il est alors important d’en parler à un médecin, car des traitements adaptés et efficaces existent.

Lire aussi : Sexo : après une longue période d’abstinence, j’ai peur d’avoir mal

Le départ des enfants devenus étudiants ou commençant à travailler peut entraîner un renouveau de la vie sexuelle de couple“, indique la spécialiste. En effet, je vois en consultation des couples qui me disent : « Ouf, on peut se balader tous nus chez nous si l’on veut, on peut faire l’amour à n’importe quel moment de la journée, le week-end ou en soirée, et c’est génial, on se retrouve sexuellement un peu comme des étudiants. » Bien sûr, pour d’autres couples, le départ des enfants peut être triste, voire déprimant quand le couple ne cultive pas suffisamment de joies à deux !

Moins de désir avec l’âge

L’âge avançant, la retraite arrivant, on peut être concerné par davantage de soucis de santé : diabète, hypertension artérielle, excès de cholestérol, sédentarité, prise de poids ; tout cela peut atteindre la sexualité. Et le fait de prendre des médicaments entraîne parfois des effets indésirables sexuels. Il faut oser poser des questions à son médecin à ce sujet. Et prendre le temps de s’occuper de soi pour chercher à y remédier.

Et puis, avec l’avancée en âge, certains changements naturels apparaissent. Le désir devient moins impérieux, la lubrification sexuelle est un peu plus lente à venir, et l’orgasme peut également mettre davantage de temps à venir. Il est donc recommandé de pratiquer de plus longs préliminaires et d’investir la sensualité. À noter que le plaisir reste intact et toujours aussi agréable.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *