Spread the love


Changer la couleur de ses yeux de façon permanente, c’est la nouvelle lubie de certains influenceurs et influenceuses. Mais les experts mettent en garde contre cette tendance, qui comporte des risques.

L’intervention, appelée kératopigmentation, a été conçue pour les personnes souffrant de cicatrices sur la cornée, la partie superficielle de l’œil, ou d’une maladie appelée aniridie, dans laquelle l’iris ne se forme pas correctement. Or, les experts ont observé cette opération chirurgicale se transformer en tendance esthétique, notamment sur le réseau TikTok.

Lors d’une kératopigmentation, le patient est anesthésié localement. Le chirurgien incise la cornée à l’aide d’un laser ou d’une aiguille, puis injecte des pigments dans une poche. Ces pigments masquent la couleur naturelle de l’iris.

Des complications post-opératoires apparaissent souvent des mois après

Alex Day, chirurgien consultant et ophtalmologue à l’hôpital privé Moorfields à Londres, interrogé par The Guardian, a précisé que ce type d’intervention n’est pas proposée au Royaume-Uni lorsque la raison n’est qu’esthétique. Les personnes voulant bénéficier d’un tatouage des yeux doivent donc se rendre à l’étranger.

Or, les complications apparaissent souvent dans les mois suivant l’opération. Il peut s’agir de sensibilité à la lumière, de lésions de la cornée pouvant entraîner une perte de vision, d’infections, de fuites de colorant dans l’œil et de réactions au colorant entraînant une inflammation.

Pour ou contre les raisons esthétiques

Ce n’est pas la première fois que la technique de tatouage des yeux suscite des inquiétudes, rappelle The Guardian. En janvier, l’Académie américaine d’ophtalmologie a mis en garde contre la kératopigmentation et une autre technique connue sous le nom de chirurgie d’implantation de l’iris. Les experts avaient déclaré que ces procédures comportaient des risques sérieux de perte de vision et de complications.

Ces mises en garde interviennent alors que le premier congrès mondial consacré à la kératopigmentation doit se tenir en ce mois de mai 2024, en Espagne. Le professeur Jorge Alió, président du congrès et créateur de la technique en question, défend l’utilisation à la fois thérapeutique et cosmétique de la kératopigmentation. Il souhaite d’ailleurs élaborer des protocoles chirurgicaux fondés sur des données probantes.

« La procédure ne devrait être pratiquée que par des chirurgiens de la cornée ayant reçu une formation adéquate et une bonne éducation médicale et connaissant les critères de sélection des patients, les complications et les pigments à utiliser », a-t-il déclaré. Toutefois, M. Alió ne s’oppose pas à ce que des chirurgiens disposant de l’expertise nécessaire proposent la technique à des patients sélectionnés à des fins purement esthétiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *