Spread the love


On savait que consommer des aliments frits n’était pas spécialement conseillé pour la santé de nos artères et de notre coeur. Mais une nouvelle étude montre que ce mode de cuisson n’est pas bon non plus pour les poumons.

Les chercheurs de l’Université de Colombie britannique (Canada) ont en effet découvert que la friture de certains aliments déclenche la libération de polluants similaires à ceux que l’on trouve en ville lors des pics de pollution. Des particules toxiques connues pour augmenter le risque de maladie pulmonaire.

Faire cuire des crêpes est mauvais pour les poumons

Pour leur étude, les chercheurs canadiens ont analysé les émissions produites lors de la cuisson dans une poêle à frire de repas courants : des crêpes, des choux de Bruxelles poêlés et des sautés de légumes. Ils ont capturé la fumée et les émissions dégagées par la cuisson de ces aliments à l’aide d’un outil appelé impacteur, une petite bouteille destinée à collecter les produits chimiques en suspension dans l’air.

Après avoir analysé les émissions, les scientifiques ont ainsi découvert que la cuisson en intérieur produisait des aérosols de carbone qui, à leur tour, produisent ensuite un composé nocif  appelé oxygène singulet lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Ce qui signifie que ce sont les cuisines où la lumière naturelle du soleil pénètre le plus (celles qui sont exposées Sud par exemple) qui sont susceptibles de contenir le plus de composés toxiques dans l’air.

« L’oxygène singulet est un composé hautement réactif qui peut causer des lésions pulmonaires et contribuer au développement du cancer » soulignent les scientifiques. Afin de réduire la quantité de particules toxiques dans l’air, ils recommandent d’ouvrir les fenêtres pour laisser entrer l’air frais dès que vous cuisinez et de penser à allumer la hotte au-dessus de la table de cuisson dès que vous cuisiner dans une poêle.

Source : Singlet oxygen is produced from brown carbon-containing cooking organic aerosols (BrCOA) under indoor lighting, Environmental science, mai 2024

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *