Spread the love


Les aliments fermentés sont très à la mode depuis maintenant plusieurs années. S’il en existe de nombreuses variations tout autour du globe (le kimchi en Corée, la choucroute en Allemagne…), le principe reste toujours identique : les aliments sont exposés à un environnement salé, acide et pauvre en oxygène de façon à fermenter.

« Les aliments fermentés riches en « bons » micro-organismes sont capables d’influencer la composition de notre microbiote intestinal – cette flore bactérienne qui prolifère naturellement dans notre système digestif » affirment Andrew Flachs et Joseph Orkin, qui sont respectivement professeur d’anthropologie à la Purdue University (aux États-Unis) et professeur d’anthropologie à l’Université de Montréal (au Canada), auprès de nos confrères de The Conversation.

Kimchi, pao caï, sauerkraut… Ces aliments fermentés que vous ne connaissez peut-être pas

« Traditionnellement, les aliments fermentés sont utilisés par les populations du monde entier pour soutenir le système immunitaire, réduire le risque cardiovasculaire ou retrouver de l’énergie après un traitement médical » soulignent les auteurs.

Quels sont donc les meilleurs aliments fermentés à adopter au quotidien ? Les deux anthropologues dressent une liste non-exhaustive : le kimchi coréen (ce sont des choux et des radis lacto-fermentés, avec du piment), le sauerkraut allemand (il s’agit tout simplement de notre choucroute alsacienne !), les cornichons au vinaigre (apparemment traditionnels dans la culture juive), le yaourt bulgare (brassé, il contient naturellement des bactéries bénéfiques pour le microbiote intestinal) et le pao caï chinois (un équivalent du kimchi coréen, préparé à partir de chou chinois et de daikon).

Aliments fermentés : la prudence s’impose !

Mais attention : les aliments fermentés doivent être consommés avec prudence. Ainsi, les deux anthropologues soulignent qu’un kimchi, une choucroute, des cornichons au vinaigre… qui présentent une odeur désagréable et/ou une texture très molle et/ou une couleur rougeâtre ne doivent pas être consommés, car il y a un risque de contamination bactérienne. Pas question de prendre des risques !

Source : The conversation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *