Spread the love


CBD : de quoi s’agit-il ?

Le CBD est une molécule, un cannabinoïde naturellement présent dans le chanvre, aux côtés de nombreux autres composés actifs dont le Δ-9-tétrahydrocannabinol ou THC.

Olivia Dopperlt-Azeroual, docteure en modélisation moléculaire : Contrairement au THC, le CBD est non addictif et non psychotrope. En revanche, il est dit “psychoactif” car il interagit avec l’organisme via un très vaste système de récepteurs appelé système endocannabinoïde (SEC), ce qui explique son large champ d’action.

Le système endocannabinoïde regroupe un ensemble de récepteurs présents dans tout le corps humain : système nerveux, digestif, reproducteur …. Il interagit avec des molécules créées par notre corps, qui se fixent sur les récepteurs cannabinoïdes, à savoir les mêmes que les molécules extraites du cannabis.

“Le CBD fait l’objet d’un très grand nombre d’études depuis quelques années, et plus de 5 publications sortent quotidiennement aujourd’hui” ajoute la spécialiste. 

Il existe un grand nombre de variétés de chanvre qui contiennent en proportion variable du CBD, du THC et d’autres cannabinoïdes et terpènes. En France, la réglementation qui encadre la vente de produits à base de CBD est très stricte. Elle stipule notamment que le chanvre dont est extrait le CBD commercialisé sous ses différentes formes doit impérativement contenir moins de 0,3% de THC.

Quelle différence avec l’huile de chanvre ?

L’huile de chanvre est une huile issue de la pression à froid des graines de chanvre, naturellement pauvres en cannabinoïdes. Elle est donc très différente de l’huile de CBD qui elle est produite avec une huile végétale (chanvre ou autres) qui est enrichie avec un extrait obtenu à partir des feuilles et/ou des fleurs de chanvre, riches en CBD. L’huile de chanvre ne possède donc aucune propriété psychoactive contrairement à l’huile de CBD.
La composition de l’huile de chanvre en fait cependant un produit intéressant, aussi bien en alimentation qu’en cosmétique. “Si elle est quasiment dépourvue de cannabinoïdes, l’huile de chanvre contient en revanche des terpènes qui lui confèrent des vertus antioxydantes et anti-inflammatoires intéressantes” indique Olivia Doppelt-Azeroual. 
Elle est par ailleurs très riche en acides gras essentiels (oméga 3, 6 et 9) ainsi qu’en vitamines liposolubles.
En alimentation, l’huile de chanvre doit être réservée à l’assaisonnement à froid car elle tolère très mal la cuisson. 

Est-ce que le CBD augmente la tension artérielle ?

L’hypertension artérielle est la maladie cardiovasculaire la plus fréquente et également la première pathologie chronique en France. Elle est donc un véritable enjeu de santé publique. 
Si le CBD ne doit en aucun cas se substituer à un traitement médicamenteux en cas d’hypertension sévère, elle pourrait en revanche contribuer à réguler la tension chez les personnes sujettes au stress et à l’anxiété. 
Une étude d’observation menée en Angleterre en 2019 montre ainsi que la consommation de 600 mg de CBD aurait tendance à réduire la tension artérielle (1).
La molécule pourrait agir sur la tension par plusieurs biais, dont certains sont encore en cours d’études. 

“Le premier point qui est déjà établi, est que le CBD permet de prolonger la durée d’action d’une hormone appelée anandamide, surnommée hormone du bonheur, qui a pour effet de réduire le stress et d’augmenter le bien-être” explique la spécialiste. 
“Lorsque le corps est soumis à un stress positif ou négatif, il sécrète naturellement des endocannabinoïdes dont l’anandamide, mais il secrète également des enzymes qui ont pour but de la détruire, limitant considérablement sa durée d’action” détaille la docteure en modélisation moléculaire. Le CBD agit en se fixant sur certains récepteurs vont réduire l’action de ces  enzymes, et permet ainsi de prolonger la vie de l’anandamide et de faire perdurer la sensation de bien-être, avec à la clé une diminution durable du stress. 
Si le stress n’est pas systématiquement responsable d’une hypertension artérielle, et qu’à l’inverse certaines personnes hypertendues ne sont pas spécialement sujettes au stress, il existe néanmoins un lien établi entre le stress et la tension artérielle. 

Olivia Dopperlt-Azeroual : Le stress induit une augmentation de la tension artérielle : limiter le stress est donc recommandé pour réguler sa tension.

Le CBD pourrait également avoir un effet sur la tension artérielle liée à ses propriétés anti-inflammatoires. “Une étude observationnelle (2) a montré que la consommation de CBD a un impact sur la tension artérielle pendant 7 jours, et l’une des hypothèses serait que leCBD agirait en diminuant l’inflammation des parois des artères, ce qui agirait positivement sur la tension” détaille la spécialiste. 
De nouvelles études plus poussées sont cependant nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Interactions médicamenteuses : Quels sont les médicaments hypotenseur à ne pas prendre avec du CBD ?

D’après une étude menée en 2020 et publiée (3), le CBD est susceptible d’interagir avec un certain nombre de médicaments, dont principalement les antidépresseurs, les anxiolytiques, les anticonvulsants, les hormones thyroïdiennes, les corticoïdes, les anti-histaminiques, les analgésiques, les anti-coagulants et les bétabloquants. 
Les bétabloquants, indiqués en cas d’hypertension artérielle, peuvent donc interagir avec le CBD aux effets également légèrement hypotenseurs. 
Les personnes suivant un traitement à base de bétabloquants (Timacor, Kredex, Artex, Tenormine, Temerit, Celectol …) doivent impérativement consulter leur médecin ou cardiologue avant d’envisager la prise de CBD. 

Rythme cardiaque et cholestérol : Est-ce que le CBD est dangereux pour le coeur ?

A l’image du cannabis et surtout du THC auquel il est parfois assimilé par méconnaissance, le CBD est souvent accusé d’être mauvais pour le cœur.
Si les différentes études menées sur les effets du CBD sur la fréquence cardiaque ne sont pas unanimes, aucune d’entre elles ne révèlent de danger de la molécule sur le coeur,

L’étude menée en Angleterre en 2017 qui démontre que le cannabidiol fait légèrement baisser la tension artérielle, révèle également qu’il fait sensiblement et transitoirement augmenter le rythme cardiaque (1). Cependant, plus récemment en 2023 (2), une étude menée sur des animaux a révélé que le CBD réduirait la tachycardie, contrairement au THC qui l’augmenterait.
Une autre étude  (4) suggère que le CBD aurait un effet bénéfique sur l’arythmie cardiaque, et d’après ses résultats, le cannabidiol en co-administration avec un antagoniste des récepteurs CB1 appelé AM251 permettrait de réguler le rythme cardiaque.

“Par ailleurs, l’effet anti-inflammatoire du CBD sur les parois des artères et le muscle cardiaque, associé à la diminution du stress et des douleurs, pourraient influencer indirectement et positivement le rythme cardiaque” ajoute Olivia Dopperlt-Azeroual.

Danger : Quels sont les risques de prendre du CBD ?

Consommé dans le respect des doses recommandées, et en prenant soin d’éviter toute interaction médicamenteuse, la consommation de CBD ne présente aucun risque majeur. 

Olivia Dopperlt-Azeroual : Pour autant, en l’absence d’indication particulière, il n’est pas utile de prendre du CBD. Et lorsque l’on ne sent pas de bénéfices particuliers après en avoir consommé, c’est vraisemblablement que l’on n’a pas besoin d’en prendre.

A très haute concentration, le cannabidiol peut néanmoins avoir quelques effets indésirables, tels qu’une sécheresse buccale, une hypotension, des troubles digestifs, une diminution de l’appétit, des vertiges ou encore une somnolence. Néanmoins, le corps sait parfaitement éliminer le surplus de CBD qui est présent en cas de surconsommation. Ces effets disparaîtront donc en quelques heures.

“Nous parlons ici de la molécule de CBD prise par voie orale ou inhalation, et non des fleurs ou feuilles de CBD qui se fument avec ou sans tabac” insiste Olivia Dopperlt-Azeroual, rappelant au passage que toute fumée de combustion inhalée transporte des substances nocives pour le système respiratoire.
“Personnellement, la forme que je préconise est l’huile de CBD en sublingual, dont l’effet est quasiment immédiat” précise-t-elle. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.