Spread the love


Aux États-Unis, des chercheurs du Memorial Sloan Kettering Cancer Center de New York ont présenté une nouvelle étude lors du congrès annuel de la Society of Interventional Radiology. Ils ont dévoilé les conclusions d’une méthode thérapeutique visant à traiter certains cancers du sein, la cryoablation ou ablation par le froid.

Un faible taux de récidive

Cette technique utilise de la glace pour geler et détruire de petites tumeurs cancéreuses et s’est révélée efficace pour les patientes atteintes d’un cancer du sein présentant de grosses tumeurs. « Pour les patients qui ont des tumeurs plus grosses mais qui ne peuvent pas subir une intervention chirurgicale, cette approche pourrait être plus efficace que la norme de soins actuelle pour les patients qui ne sont pas candidats à une intervention chirurgicale », assure Yolanda Bryce, radiologue au Memorial Sloan Kettering Cancer Center dans un communiqué (source 1). Et d’ajouter : « Lorsqu’elles sont traitées uniquement par radiothérapie et hormonothérapie, les tumeurs finiront par réapparaître. Ainsi, le fait que nous n’ayons constaté qu’un taux de récidive de 10 % dans notre étude est incroyablement prometteur ».

La cryoablation « utilise un guidage par imagerie comme une échographie ou une tomodensitométrie (TDM) pour localiser les tumeurs. Un radiologue interventionnel insérera ensuite de petites sondes en forme d’aiguille dans le sein pour créer une boule de glace qui entoure la tumeur, tuant les cellules cancéreuses », expliquent les chercheurs. Associée à l’hormonothérapie et à la radiothérapie, cette technique peut détruire près de 100 % de leurs tumeurs. « Si les tumeurs se développent, les patients peuvent être traités plusieurs fois par cryoablation pour contrôler la croissance. Le traitement a été utilisé avec succès pour traiter des tumeurs inférieures à 1,5 cm, mais son efficacité sur des tumeurs plus grosses n’a pas été largement démontrée jusqu’à présent », détaillent les conclusions de cette étude.

Une alternative intéressante

Cette étude a été menée auprès de 60 patientes ayant subi une cryoablation. Toutes n’étaient pas candidates à une intervention chirurgicale en raison de leur âge, de problèmes cardiaques, d’hypertension ou encore sous chimiothérapie pour un autre cancer. « La chirurgie reste la meilleure option pour l’ablation d’une tumeur, mais des milliers de femmes ne peuvent pas subir de chirurgie pour diverses raisons. Nous sommes optimistes que cela puisse donner de l’espoir à davantage de femmes dans leur parcours de traitement », note la radiologue Yolanda Bryce.

Quel accès aux médicaments innovants du cancer ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *