Spread the love


Le café : bon ou mauvais pour la santé ?

En donnant un petit coup de fouet à l’organisme, le café a de nombreux adeptes le matin dès le saut du lit. Et comme il aide à se maintenir éveillé, il est aussi apprécié après le repas en pleine digestion.

Ses effets stimulants sont dus à la caféine, un composé connu pour accélérer le rythme cardiaque et augmenter la pression artérielle. Pour cette raison, le café a été, pendant longtemps, soupçonné de favoriser les maladies cardiovasculaires. Aujourd’hui, des études scientifiques ont permis de l’innocenter, à condition de rester dans des quantités raisonnables : pas plus de trois tasses par jour.

Au-delà du système cardiovasculaire, le café aide à réguler le métabolisme et, dans une certaine mesure, à prévenir le diabète. « Il contient des polyphénols, des composés antioxydants qui diminuent l’absorption du glucose dans l’intestin, ce qui lui donne un petit effet protecteur contre le diabète de type 2 », explique Laetitia Proust-Millon, diététicienne-nutritionniste. 

Autre bienfait : le café stimule la mémoire. En ce sens, il pourrait ralentir le déclin cognitif et retarder l’apparition d’une maladie d’Alzheimer. 

Pour autant, le café n’est pas une boisson-miracle et l’excès de caféine peut avoir l’effet inverse de celui qui est escompté. Chaque individu métabolise, en effet, le café différemment selon son âge (la caféine est fortement déconseillée aux enfants et aux adolescents), son état de santé et son patrimoine génétique. Certains pourront sans difficulté en boire plusieurs fois par jour. D’autres auront des troubles du sommeil, de la tachycardie ou des maux d’estomac dès la première tasse. 

De son côté, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rappelle que certaines maladies (hypertension artérielle, maladies mentales, incontinence urinaire ou fécale, ulcère à l’estomac, oesophagite, reflux gastro-oesophagien) peuvent être aggravées par une consommation excessive de caféine. Elle appelle les personnes concernées à la modération.

L’Anses conseille, par ailleurs, d’éviter de mélanger le café et l’alcool et déconseille d’en boire lors d’exercices physiques, la caféine pouvant majorer le risque d’accident cardiovasculaire chez des personnes prédisposées. 

Combien de tasses de café par jour ?

À doses modérées, le café n’est pas dangereux pour la santé. Alors, quelle est la limite ? Laetitia Proust-Millon nous apporte la réponse : « L’Agence européenne de sécurité alimentaire recommande de ne pas dépasser 400 milligrammes (mg) de caféine par jour, soit trois tasses. Pour les femmes enceintes, la recommandation est de ne pas dépasser 200 mg de caféine par jour, ce qui correspond à 1 à 2 tasses maximum », indique-t-elle.

Rappelons, par ailleurs, que le café n’est pas la seule boisson à base de caféine. Une canette de boisson énergisante, ou deux boissons au cola, contiennent autant de caféine que deux cafés-expressos. 

Arrêter le café : quels bienfaits ?

En lui apportant moins de caféine, l’organisme devrait ressentir quelques améliorations : 

On peut s’attendre à une baisse de la tension artérielle chez les personnes sujettes à l’hypertension.

Moins de stress chez les gros consommateurs de café et un meilleur sommeil.

Le café étant acide, les personnes qui ont l’intestin ou l’estomac sensibles devraient mieux digérer.

Comment arrêter le café sans maux de tête ?

Plus on boit de café, plus l’organisme s’y habitue. Chez certaines personnes, stopper, ou simplement réduire sa consommation, peut provoquer un syndrome de sevrage avec des sensations désagréables, mais passagères, qui se limitent à de la nervosité, de la fatigue ou un mal de tête. 

Le cas des migraineux est particulier. Il est reconnu que boire un café soulage le mal de tête. La caféine entre d’ailleurs dans la composition de certains médicaments antalgiques. Mais, chez les migraineux, un arrêt brutal de la consommation, ou le simple décalage du café matinal (le week-end par exemple), peut déclencher une crise. Pour éviter ces problèmes, il est conseillé non seulement d’éviter de boire trop de café quand on souffre de migraine, mais aussi de réduire très progressivement sa consommation, en procédant par palier. 

Par quoi remplacer le café ?

En boissons chaudes ou froides, avec ou sans lait, il existe de nombreuses alternatives au café.

La chicorée : elle peut se boire seule ou être utilisée pour «couper» son café. « Elle est riche en inuline, un prébiotique qui facilite la digestion. Elle contient également des molécules antioxydantes intéressantes pour la santé », observe Laetitia Proust-Millon.

Le thé : il contient de la théine, une molécule aux propriétés stimulantes proches de la caféine, mais dont les teneurs sont largement inférieures à celles du café. « Une tasse de café d’environ 150 millilitres (ml) contient 90 milligrammes (mg) de caféine, alors qu’une tasse de thé d’environ 200 ml ne contient que 40 mg de théine », souligne la diététicienne. 

Parmi les différentes variétés, le thé vert ou le matcha (un thé vert japonais) sont les plus riches en antioxydants. « Des études ont montré que les flavonoïdes du thé vert ont un effet protecteur contre le cancer et les maladies cardiovasculaires », précise-t-elle. On peut aussi opter pour le thé rouge ou rooibos. Il ne contient pas de théine, ce qui permet d’en boire le soir sans interférer avec le sommeil.  

Sur une journée, on peut s’accorder deux ou trois tasses de thé, et même aller jusqu’à 5 pour le thé vert ou le rooibos.

Autre solution : le yerba maté ou maté. « Cette plante originaire d’Amérique du sud peut être torréfiée, comme la chicorée et le café, explique Laetitia Proust-Millon. Elle est intéressante parce qu’elle contient très peu de caféine, tout en étant riche en composés antioxydants. On peut en boire le matin pour son effet boostant. »

Enfin, dans cette nouvelle vie sans café, les infusions ont toute leur place. Le gingembre, stimulant et bon pour la digestion, peut être tenté. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *