Spread the love


Dans les Alpes-Maritimes, 22 personnes ont reçu le diagnostic de cryptosporidiose, une infection du tube digestif due à un parasite et pouvant se transmettre par la consommation d’eau contaminée.

Par précaution, l’Agence Régionale de Santé (ARS) de la région PACA a donc pris des mesures qui concernent l’eau du robinet. “À ce jour, les résultats d’analyses d’eau n’ont pas mis en évidence la présence de cryptosporidium dans le réseau d’eau des 5 communes concernées. Néanmoins, la détection de ce parasite dans l’eau étant difficile, des analyses supplémentaires sont en cours et les mesures de restriction des usages de l’eau sont maintenues à titre de précaution” , explique l’agence dans un point de situation datant de ce 7 juin.

Cinq communes sont ainsi concernées par des mesures de précaution : Saint-Cézaire, Peymeinade, Le Tignet, Spéracèdes et Cabris. Les habitants de ces villes et villages sont invités à préférer l’eau en bouteille à celle du robinet, ou à faire bouillir l’eau du robinet pendant 2 minutes afin de la stériliser avant de la consommer ou de l’utiliser pour la préparation des aliments.

Les parents de nourrissons sont invités à préparer les biberons avec de l’eau embouteillée, et tout un chacun est invité à se laver les mains régulièrement. L’ARS précise que ces conseils sont d’autant plus importants pour les personnes immunodéprimées et les nourrissons. Quant aux personnes malades ou en contact avec des malades, l’ARS leur recommande l’application de gestes barrières (lavage des mains, gel hydroalcoolique). Au sein des établissements scolaires et des structures de petite enfance, des filtres ont été installés pour garantir la sécurité des usagers, assure l’ARS.

L’eau du robinet peut toutefois toujours être utilisée pour les autres usages, non alimentaires (douche, vaisselle, linge…).

Une maladie le plus souvent bénigne, sauf chez les plus fragiles

Le cryptosporidium, parasite responsable de la cryptosporidiose, est naturellement présent dans l’environnement. Si la maladie qu’il entraîne est généralement bénigne, avec des symptômes principalement digestifs (diarrhées, douleurs abdominales, vomissements) qui passent en 2 à 14 jours, elle peut chez les plus fragiles, engendrer des symptômes sévères nécessitant une prise en charge médicale. La transmission de ce parasite s’effectue par contact direct avec un animal ou un humain porteur du parasite présent dans les selles. Par exemple, fumer après avoir manipulé un animal infecté peut amener le parasite jusqu’aux voies digestives. De façon indirecte, la consommation d’eau ou d’aliments contaminés peut aussi transmettre ce parasite, d’où les mesures de précaution mises en place.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *