Spread the love


Cette condition provoque des réactions graves, allant des démangeaisons intenses aux difficultés respiratoires, voire au choc anaphylactique, suite à la consommation de viandes telles que le bœuf, le porc et le bacon. Le NHS Highland, en Écosse, a pris conscience de l’importance du problème en raison de la présence accrue de tiques dans la région, qui serait liée aux effets du changement climatique. Pour mieux comprendre l’impact de cette allergie, le service écossais de santé publique prévoit de mener des recherches approfondies sur le sujet. Frances Hines, responsable de la recherche, du développement et de l’innovation au NHS Highland, est directement touchée par cette maladie, son partenaire en étant atteint. Elle souligne que la gravité de l’AGS varie d’une personne à l’autre et que la gestion de cette condition peut être particulièrement difficile pour les personnes affectées.

Une vigilance accrue

Outre la consommation de viande, les personnes atteintes d’AGS doivent également se méfier des produits laitiers et de certains bonbons et médicaments contenant de la gélatine. Bien que les cas d’allergie à la viande restent relativement rares, les chercheurs tentent désormais de déterminer l’ampleur de ce phénomène au sein de la population écossaise et britannique en général. L’objectif est de mieux comprendre cette condition pour améliorer sa gestion et sa prise en charge médicale (source 1). 

Il est donc primordial de sensibiliser les randonneurs et les travailleurs agricoles, ainsi que le grand public, sur les risques associés aux morsures de tiques et aux potentielles réactions allergiques graves qu’elles peuvent entraîner. En plus de l’allergie à la viande, les tiques peuvent également transmettre la maladie de Lyme, ce qui souligne l’importance de prendre des mesures de prévention adéquates pour éviter ces piqûres.

Leave a Reply

Your email address will not be published.