Spread the love


Les friteuses à air chaud ou friteuses sans huile, communément appelées AirFryer, connaissent un succès grandissant auprès des consommateurs soucieux de protéger leur santé. La promesse de ces appareils ? Fournir rapidement des aliments croustillants et pauvres en matières grasses. Mais depuis quelques mois de nombreuses vidéos émergent sur Tik Tok et Instagram, dénonçant leur potentiel cancérigène. Ces friteuses d’un nouveau genre sont-elles vraiment dangereuses pour notre santé ? Réponse de Xavier Coumoul, professeur de toxicologie et de biochimie à l’Université Paris Cité et membre du réseau Nutrition Activité physique Cancer Recherche (Réseau NACRe).

AirFryer : comment fonctionnent ces friteuses sans huiles ?

Contrairement aux friteuses traditionnelles, les friteuses à air chaud n’immergent pas les aliments dans l’huile bouillante pour les cuire. Il s’agit en réalité de petits fours à convection qui tiennent sur un plan de travail et simulent une cuisson à l’huile – l’huile et l’odeur de friture en moins !

Concrètement, les aliments sont placés dans un panier perforé à l’intérieur de l’appareil, puis de l’air chaud circule à grande vitesse autour d’eux (jusqu’à 70 km/h), induisant une cuisson rapide et homogène. À noter : frites, légumes, viandes, poissons… Les AirFryer permettent de cuisiner une grande variété d’aliments.

Avantages : en quoi leur utilisation peut-elle être bénéfique ?

L’un des principaux arguments de vente des friteuses à air chaud est leur capacité à produire des aliments croustillants avec une quantité minimale, voire nulle, d’huile ajoutée. Certains appareils promettent par exemple de réduire jusqu’à 75 %, voire 90 % la teneur en graisses des aliments. Un paramètre alléchant pour celles et ceux qui souhaitent limiter leur consommation de lipides, en particulier de graisses saturées, souvent associées à des problèmes de santé tels que des maladies cardiovasculaires.

Les friteuses sans huile ont aussi l’avantage de faire cuire plus rapidement les aliments, par rapport aux méthodes de cuisson traditionnelles (au four ou à la poêle). Elles peuvent donc faire gagner quelques minutes de préparation et de cuisson, ce qui est particulièrement utile lorsque l’on a un emploi du temps chargé ou que l’on n’a pas d’appétence particulière pour la cuisine.

Et comme indiqué ci-dessus, elles sont particulièrement polyvalentes et peuvent être utilisées pour préparer une grande variété d’aliments : des frites, mais aussi des légumes, de la viande, du poisson, des collations ou des desserts. Sans oublier qu’elles sont généralement simples à utiliser et à nettoyer.

Les AirFryer peuvent-ils s’avérer dangereux ?

Les AirFryer sont généralement considérées comme sûrs lorsqu’ils sont correctement utilisés. Comme pour tout appareil de cuisine, ils présentent néanmoins certains risques :

  • Il existe évidemment un risque de brûlures si vous touchez les surfaces chaudes de l’AirFryer pendant qu’elle fonctionne, ou dans les minutes qui suivent la fin de la cuisson.
  • Une friteuse sans huile peut surchauffer si elle est utilisée à mauvais escient, pendant de longues périodes, ou que les évents de ventilation sont obstrués. Cela peut endommager l’appareil, mais aussi entraîner un incendie.
  • Si l’AirFryer n’est pas utilisé correctement, ou placé trop près de matériaux inflammables, il peut aussi être responsable d’un début incendie. D’où l’importance de toujours suivre les instructions du fabricant et de ne jamais laisser l’appareil sans surveillance lorsqu’il est en marche !
  • Vous l’aurez compris, les AirFryer nécessitent tout de même une petite quantité d’huile. Il est donc important de manipuler cette huile avec précaution et de ne pas surcharger l’appareil pour éviter les éclaboussures.
  • Enfin, si vous cuisinez différents types d’aliments dans votre AirFryer sans le nettoyer correctement entre chaque utilisation, il existe un risque de contamination croisée entre certains aliments…

Qu’en est-il des risques cancérigènes de ces appareils ?

De plus en plus de vidéos circulent sur les réseaux sociaux pour dénoncer la présence de polluants potentiellement cancérigènes sur les parois des friteuses sans huile… Les PFAS (substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées), dont le PFOS (sulfonate de perfluorooctane) et le PFOA (acide perfluorooctanoïque) sont notamment pointées du doigt, tout comme le bisphénol A (BPA). Ces noms vous semblent familiers ? Rien d’étonnant, car leur présence sur les revêtements de nos poêles antiadhésives a récemment fait les gros titres : ils pourraient migrer sur les aliments et ainsi mettre notre santé en danger.

PFOS, PFAO, BPA : quels sont les risques ?

Les PFAS, aussi connus sous le nom de polluants éternels, ont largement contribué au succès de certains appareils et ustensiles de cuisine grâce à leurs propriétés antiadhésives, imperméabilisantes et résistantes aux fortes chaleurs. Mais leur âge d’or est bel et bien révolu : le PFOS et le PFOA (les deux PFAS les plus connus) font aujourd’hui l’objet de réglementations strictes. La production et l’utilisation de PFOS sont restreintes à l’international depuis 2009 et le PFOA est interdit à l’import, à l’export et à la production depuis 2020 (source 1). Le 1er décembre 2023, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a finalement classé le PFOA comme « cancérogène pour les humains » et le PFOS comme « peut-être cancérogène pour les humains ».

Le bisphénol A, lui, est une substance de synthèse couramment utilisée pour la fabrication industrielle de plastiques. Très décrié, il est reconnu comme un perturbateur endocrinien depuis 2017 et pourrait notamment entraîner des problèmes de fertilité. Comme le précise l’Autorité européenne de sécurité des aliments, son utilisation dans des matériaux en contact avec les aliments est toujours autorisée au sein de l’Union européenne, à condition qu’elle respecte une certaine dose journalière tolérable (source 2). À date, son caractère cancérogène n’a pas été démontré chez l’Homme, mais les institutions préconisent de limiter l’exposition des nourrissons, des jeunes enfants et des femmes enceintes.

Nos AirFryer peuvent-ils contenir des résidus de PFOS, de PFAO ou de BPA ?

En théorie, les revêtements antiadhésifs des AirFryer récemment mis sur le marché ne peuvent pas contenir de résidus de PFOS ou de PFAO. Quant au BPA, sa présence est tolérée dans une certaine limite. On peut néanmoins s’interroger… En pratique, les paniers de nos AirFryer sont-ils susceptibles de contenir des résidus de PFOS et de PFAO ? « C’est possible… Ou non. Aucune étude ne s’est encore penchée sur ces friteuses sans huile et on ne peut se baser que sur des extrapolations », répond le Pr Xavier Coumoul. Un point rassurant néanmoins : en janvier 2024, l’UFC Que Choisir s’est penchée sur le cas de huit poêles en Teflon ou polytétrafluoroéthylène (PTFE) et a pu confirmer que toutes respectaient la réglementation en vigueur (source 3) ! On peut donc raisonnablement penser qu’il en est de même pour les AirFryer…

Nos AirFryer peuvent-ils contenir d’autres PFAS toxiques ?

Vous l’aurez compris, l’usage des PFOS et des PFAO est aujourd’hui interdit, mais les PFAS sont une grande famille : on distingue aujourd’hui plus de 4 000 composés chimiques aux propriétés très diverses, qui peuvent potentiellement être utilisés dans les revêtements antiadhésifs des paniers de nos friteuses sans huile. Lors de ses analyses, l’UFC Que Choisir en a par exemple relevé 17 dont certaines suspectées d’être dangereuses, comme le PFBS (acide perfluorobutanesulfonique) et le PFHxA (acide perfluorohexanoïque).

Le Pr Xavier Coumoul se veut toutefois rassurant : « Aucun élément n’indique que la cuisson au AirFryer serait plus risquée que la cuisson au four ou à la poêle. Pour que les éventuelles particules toxiques se détachent de l’appareil, il faudrait atteindre des températures de l’ordre des 300 °C. Or la plupart des AirFryer ne dépassent pas les 220 °C ». Et de souligner : « Si on prend l’exemple des poêles antiadhésives, aucune étude scientifique n’a encore démontré que des particules chimiques pouvaient se détacher des revêtements antiadhésifs en bon état, contaminer les aliments que nous ingérons et nous mettre en danger par la même occasion ».

En résumé, inutile de paniquer. L’utilisation de friteuses sans huile ne semble pas présenter de risque significatif, à condition que vous utilisiez correctement votre appareil, que le revêtement de son panier soit de bonne qualité et en bon état.

À noter : de nombreux modèles affichent la mention « sans PFSA » et / ou « sans BPA ». Et pour plus de tranquillité d’esprit, vous pouvez opter pour des friteuses à air chaud avec un intérieur en acier inoxydable (inox) ou en céramique !

Vers une interdiction totale des PFAS dans les friteuses à air chaud ? 

Le 4 avril dernier, une proposition de loi visant à limiter l’usage des PFAS a bel et bien été adoptée par les députés français en première lecture. Elle prévoit d’interdire la fabrication, l’importation, l’exportation et la mise sur le marché des cosmétiques, des farts et des vêtements ​​​​contenant des PFAS à partir du 1er janvier 2026 (exceptés les vêtements de protection). Tous les textiles seront également concernés à partie de 2030. Les ustensiles et appareils de cuisine (casseroles, poêles, friteuses avec ou sans huile, etc.) ont en revanche été exclus de ce projet de loi par amendement afin de “laisser le temps nécessaire” aux industries françaises “pour leur permettre de trouver des alternatives satisfaisantes” (source 4). Il faudra donc patienter

Quelles précautions prendre pour limiter les risques ?

Pour utiliser une friteuse à air chaud en toute sécurité et limiter les risques potentiels, suivez ces quelques précautions :

  • Optez pour un AirFryer de bonne qualité, certifié sans PFAS et sans BPA.
  • Placez la friteuse à air sur une surface stable et résistante à la chaleur pour éviter toute chute.
  • Mettez toujours les aliments à frire dans le panier afin d’éviter qu’ils entrent en contact avec les résistances.
  • Ne surchargez pas trop ledit panier, au risque que l’air circule mal et que la cuisson soit manquée.
  • Ne laissez pas la friteuse à air fonctionner sans surveillance et restez à proximité pendant la cuisson.
  • Évitez d’utiliser des ustensiles métalliques ou des éponges abrasives qui pourraient endommager le revêtement antiadhésif des paniers. Préférez des accessoires en bois ou en silicone
  • Assurez-vous que la friteuse à air soit placée dans un endroit bien ventilé : les évents ne doivent pas être obstrués.
  • La cuve, le panier et les accessoires à l’intérieur de l’AirFryer deviennent chauds lors de l’utilisation. Soyez prudent(e) lorsque vous les manipulez et utilisez si besoin des gants de cuisine ou des maniques. Prenez aussi garde à ne pas mettre votre tête trop près de la machine en sortant le panier.
  • Ne branchez pas trop d’appareils sur la même prise électrique que votre friteuse à air pour éviter les surcharges électriques potentielles.
  • Nettoyez régulièrement votre friteuse à air chaud conformément aux instructions du fabricant pour éviter l’accumulation de résidus alimentaires qui pourrait provoquer un incendie.
  • Par ailleurs, vous feriez mieux d’utiliser ce type de friteuse avec modération et de varier les méthodes de cuissons ainsi que les types d’aliments !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *