Spread the love


Une nouvelle étude portant sur des victimes d’accidents révèle que les conducteurs de trottinettes électriques peuvent subir des blessures parfois plus graves que les utilisateurs de vélos ou de motos. Les accidents de trottinette électrique ne doivent pas être minimisés, même si ces engins se déplacent moins rapidement que les motos, les scooters ou même les vélos, les médecins de l’APHP, Sorbonne Université et l’Inserm estiment que les risques doivent être considérés de la même manière (source 1). Les conclusions de cette étude, menée sur une période de 3 ans et portant sur 5 000 victimes d’accidents, sont claires : peu importe le type de deux-roues utilisé, les blessures sont tout aussi graves. Les utilisateurs de trottinettes électriques, de gyropodes, de monoroues ou d’hoverboards souffrent même davantage de traumatismes crâniens, principalement en raison du non-port du casque.

Des contextes et comportements à risque

Le nombre de patients admis à l’hôpital à la suite d’un accident de trottinette a triplé en quatre ans. Parmi les utilisateurs admis en traumatologie, bon nombre sont hospitalisés en réanimation pendant au moins quinze jours. Il est donc crucial de porter un casque, mais aussi de prévenir les comportements à risque. Les chercheurs soulignent que les accidents graves surviennent principalement le soir et le week-end, et impliquent souvent des utilisateurs fortement alcoolisés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *