Spread the love

Plusieurs études critiquent la position assise jambes croisées, susceptible de favoriser des problèmes de dos, entre autres.

On n’avait jamais autant parlé de la position assise que depuis la crise du Covid-19. Avec le télétravail et une sédentarité contrainte le temps des confinements, les maux de dos ont été courants. Si l’on a acquis certains réflexes de positionnement, on continue d’avoir de mauvaises habitudes, comme le fait de s’asseoir jambes croisées quand on travaille. Diverses études estiment que ce n’est pas une bonne idée, notamment parce que tout l’équilibre du corps s’en trouve modifié.

Sur le même sujet

Voici à quelle fréquence marcher chaque jour pour lutter contre la sédentarité (et ses méfaits pour la santé)

Quand on parle de jambes croisées, il est nécessaire de préciser : c’est surtout lorsque l’on croise au niveau des genoux que la posture n’est pas favorable. Au niveau des chevilles, l’impact est moindre. Rappelons que nombreuses sont les études à souligner l’importance de marcher régulièrement pour lutter contre la sédentarité, au sein même d’une journée de travail.

Fertilité masculine, pression artérielle

D’abord, la position jambes croisées place le corps dans un mouvement contraint, qui ne lui est pas naturel. Vos muscles sont en tension, votre colonne vertébrale n’est pas dans le bon axe, idem pour vos hanches ou encore votre pelvis, alertent des chercheurs. Sur des longues périodes, elle n’est donc pas conseillée, car elle peut entraîner des douleurs partout dans le dos, jusqu’aux cervicales.

D’autre part, la position jambes croisées pourrait avoir un impact sur la fertilité masculine, rapporte The Conversation. La zone étant comprimée, la température des testicules augmente, alors qu’elle est en moyenne inférieure à celle du corps : entre 33 degrés et 34 degrés selon Urofrance. Augmenter la température de cette partie du corps n’est pas grave, mais nuit à la vivacité des spermatozoïdes. La pression sanguine se trouverait elle aussi modifiée par le croisement de jambes, d’après une étude publiée sur le site Canadian Science Publishing.

Sources : Pubmed central, The Conversation, Urofrance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *