Spread the love


La ménopause est un phénomène inévitable chez les femmes. En règle générale, l’arrêt de l’ovulation et la disparition des règles surviennent entre 45 et 55 ans ; quand la ménopause apparaît avant l’âge de 40 ans, on la qualifie de « précoce » .

La période d’installation de la ménopause s’accompagne bien souvent de symptômes désagréables : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, sautes d’humeur, fatigue, prise de poids, sécheresse vaginale, perte de libido…

Pour aider à la régulation de ces symptômes déplaisants, nombreuses sont les femmes ménopausées qui se tournent vers des compléments alimentaires – et généralement, sans en parler à leur médecin. À tort, car certains suppléments (couramment vendus sur internet…) peuvent s’avérer dangereux pour la santé. En voici 5 qu’il faut fuir, d’après la diététicienne-nutritionniste américaine Lauren Manaker, citée par nos confrères de Eating Well :

Le millepertuis

Le millepertuis perforé, commun ou officinal (c’est la même plante) est parfois cité comme étant « le » meilleur complément alimentaire contre les bouffées de chaleur. Sauf qu’aucune étude scientifique sérieuse ne le démontre ! Par ailleurs, cette plante interagit avec de nombreux médicaments (immunosuppresseurs, anticoagulants, traitements anti-cancer ou cardiovasculaires…). Pas question d’en prendre sans feu vert médical.

La déhydroépiandrostérone (DHEA)

Cette hormone, produite naturellement par les grandes surrénales, est censée agir contre les bouffées de chaleur, la perte de libido et les troubles de l’humeur. Mais ses bienfaits-santé ne sont pas unanimement validés par la communauté scientifique. Par ailleurs, la DHEA peut augmenter le taux sanguin de cholestérol, accroître le risque de cancer du sein et provoquer des lésions hépatiques.

La réglisse

La réglisse est souvent recommandée en période de péri-ménopause car elle aurait des vertus régulatrices de l’humeur et des bouffées de chaleur. Si ces bienfaits sont plutôt bien établis, la réglisse a aussi le pouvoir d’augmenter la tension artérielle, donc les risques cardiovasculaires chez les femmes ménopausées.

Le fer

Une supplémentation en fer peut être prescrite aux femmes ménopausées qui souffrent d’anémie ferriprive. Mais il est vivement déconseillé de se supplémenter soi-même, sans avis médical ! En effet, un excès de fer dans le sang peut provoquer de la fatigue, une perte de poids involontaire et même une modification de la couleur de la peau…

Le gattilier

On lui prête des vertus anti-bouffées de chaleur et anti-sueurs nocturnes. Mais à ce jour, les propriétés du gattilier n’ont pas été validées par la Science. Par ailleurs, cette plante peut interagir avec plusieurs médicaments, notamment ceux prescrits contre la maladie de Parkinson, certains antipsychotiques et certains traitements hormonaux contre le cancer du sein, de l’utérus ou de l’ovaire.

Source : Eating Well

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *