Spread the love


L’Inserm définit 3 catégories d’aliments : les aliments bruts ou peu transformés (comme les fruits, les légumes, le lait, le beurre, le sucre, le sel…) sont directement issus de la Nature ou obtenus à l’aide de « procédés simples » – que l’on peut réaliser à la maison, de façon artisanale.

Les aliments ultra-transformés sont industriels et contiennent des additifs

Les aliments transformés sont fabriqués à partir de plusieurs aliments bruts, là encore grâce à des « procédés simples » : dans cette catégorie, on trouve la sauce tomate, la charcuterie, le thon en boîte, etc. Enfin, les aliments ultra-transformés nécessitent des procédés industriels (on ne peut pas les fabriquer à la maison) et l’ajout d’additifs alimentaires (conservateurs, édulcorants, colorants, émulsifiants, etc.) : ce sont les céréales du petit-déjeuner, les plats préparés, les sodas, les biscuits pour enfants…

On sait aujourd’hui qu’une alimentation trop riche en produits ultra-transformés est mauvaise pour la santé : selon l’Inserm, il y a notamment un sur-risque de troubles métaboliques, tels que le diabète, le surpoids, l’obésité ou encore l’hypertension artérielle.

Mais la liste des aliments ultra-transformés n’est pas figée. Ainsi, récemment, l’Indian Council of Medical Research (ICMR – ce sont les autorités sanitaires indiennes) a mis a jour sa liste des « produits industriels » à éviter pour préserver sa santé : on y trouve désormais le pain, le beurre et les huiles de cuisson.

La liste des aliments ultra-transformés à éviter (selon les autorités sanitaires indiennes)

Pour l’ICMR, un aliment ultra-transformé répond à 4 critères : il est trop salé, trop sucré et/ou trop gras (par rapport à l’apport quotidien recommandé) ; sa valeur nutritionnelle est faible (peu de vitamines, peu de minéraux, beaucoup de calories) ; il contient des additifs alimentaires (qui n’existent pas dans la Nature) ; il est très appétissant (c’est le cas des sodas, du pain de mie, des chips…).

La liste indienne des aliments ultra-transformés à fuir se compose donc aujourd’hui du pain industriel, des céréales du petit-déjeuner, des gâteaux et biscuits industriels, des chips, des frites surgelées, des confitures industrielles, des sauces toutes-prêtes, de la glace industrielle, des poudres protéinées, des pâtes à tartiner, du fromage industriel, du beurre industriel, des charcuteries industrielles, des « fausses viandes » végétariennes, des céréales raffinées, des boissons énergisantes, des jus de fruits industriels, des huiles de cuisson industrielles, du sucre blanc et du sel.

Source : India Times

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *