Spread the love


Sur une année, chaque Français gaspille 30 kilos de nourriture. Ce chiffre impressionnant émane de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie). Les fruits et légumes et les liquides arrivent en tête des produits qu’on jette le plus. Et parmi ces 30 kilos, il y en a 7 constitués par des produits emballés. Alors comment lutter contre ce gâchis ?

Ne pas consommer un produit si la DLC est dépassée

Déjà, s’intéresser aux dates limites des aliments. Pour s’y retrouver, il faut faire des distinctions. La notion de date limite de consommation ou DLC correspond à une limite impérative qu’on ne peut pas dépasser. Elle concerne les denrées périssables sur le plan microbiologique. Au-delà du délai indiqué, elles constituent une menace pour la santé. La DLC est inscrite sur tous les produits frais, donc le premier conseil qu’on peut donner, c’est d’ouvrir les yeux sur les étiquettes.

On vérifie cette date et on achète l’article seulement si on est sûr de le consommer dans le délai. La DLC est fixée par les professionnels et concerne la viande, la charcuterie ou les plats cuisinés, produits frais.

On veille donc à respecter la chaîne du froid en les entreposant rapidement dans son réfrigérateur, sans quoi leur sécurité ne serait pas garantie. On ne consomme donc jamais un produit de ce type si la DLC est dépassée.

La DDM est plus souple !

Autre mention à examiner : le date de durabilité minimale. Elle permet plus de souplesse dans les délais. En clair, on peut consommer les produits après la date indiquée mais, les qualités nutritionnelles ou gustatives risquent d’être un peu altérées. Toutefois dans ce cas, il n’existe pas de risque pour la santé. Les biscuits, le café, le chocolat par exemple sont concernés par cette catégorie.

Il existe une exception à cette possibilité de dépasser la date indiquée : les laits en poudre pour bébés. En effet, au-delà de la DDM, les vitamines et minéraux risquent de se voir altérés. Or un bébé en a besoin pour sa croissance. Donc pour les jeunes mamans, mieux vaut éviter de stocker trop de boîtes. Il est préférable de s’organiser de manière à pouvoir toutes les utiliser dans les délais. Avec un peu plus d’attention sur les DLC et les DDM, il y a fort à parier que le gaspillage pourrait sensiblement diminuer.

Merci à la Direction Générale de la Concurrence, la Consommation et la Répression des Fraudes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *